surleterrain

Que font les gens le dimanche ?  Ils courent ! Leurs grand-messes c’est le stade avec ses emportements et ses débordements.  Elles ont plus de pratiquants que les assemblées chrétiennes du dimanche matin ! En tout cas en France!  Le moteur de leur course consiste souvent en la compétition !
La passion sportive c’est le jeu de jambes, de mollets, le jeu des podiums, des TV, des médailles, des paris…. Un lieu qui développe un véritable culte de la personnalité !

Le joueur sacré meilleur sportif de l’année, meilleur buteur… auréolé du grand chelem… nous laisse rêveur et interrogatif ! Tous ces sportifs hyper médiatisés nous semblent bien loin de la foi chrétienne !

Il y a de la manne non pas céleste mais financière, dans le flux des droits de retransmission et des sommes exorbitantes des transferts : tout cela  nous interroge et questionne le sport !

Il y a la volonté farouche de dépasser les limites en empruntant les couloirs de la chimie plutôt que  ceux du stade !

Sacré sport : même le signe de croix sur le terrain ponctue les grand-messes, le veau d’or n’est pas loin, le latin fait parti du jeu : « Panum et Circenses » : « Du pain et les jeux ! »

Nous y sommes encore… aujourd’hui! Autrement dit  le sport n’est pas seulement la simple mise en œuvre d’une activité physique, la mise en mouvements du corps et de ses performances exacerbées par le jeu de la lutte ou  de l’effort !

Quand l’argent roi, prend le dessus, non seulement le sport exacerbe la logique compétitive, et accentue le caractère inégalitaire des rémunérations, mais  il devient une « affaire » et  lorsqu’il rivalise avec le spectacle, alors les dérives se multiplient : dopage, corruption, paris truqués !

Pas étonnant que les humanistes et les Églises aient quelques réserves et critiques sérieuses !

Le Concile de Trente (1544-1513) marquait  déjà  cette réserve considérant  le jeu ou le sport comme un risque pouvant introduire des désordres !  Il a fini par édicter ou confirmer des règles très strictes interdisant notamment aux prêtres et religieux de s’adonner aux jeux et aux sports !

Petit à petit, l’interdit a été bravé !
Et en Savoie un prêtre emblématique dans le milieu du sport, René Pichon a été un des pionniers parmi les prêtres à faire de la compétition sportive à haut niveau !

Tant d’autres,  plus discrètement ont  arpenté la montagne, chaussé les skis,  organisé des courses ou des marathons et fait découvrir en chaussure de montagne ou de ski les sommets les pentes et le gout des sports de  montagne !

Le temps a changé, même dans l’Église ! Et des évêques, ne sont pas en reste : André Lacrampe troque  la crosse contre le  guidon  de vélo Michel MOUISSE sa mitre contre  le ballon oval de demi  d’ouverture !